samedi 31 décembre 2022

L’ordinateur quantique est-il vraiment une priorité ?

Communications of the ACM, revue dont la qualité est reconnue, a consacré en octobre 2022 à l’ordinateur quantique un article dont la structure paradoxale a attiré mon attention :

Advait Deshpande, « Assessing the Quantum-Computing Landscape ».

Le paradoxe est qu’alors que la tonalité de cet article est positive et optimiste, il est étrangement truffé de phrases qui nient la possibilité réelle et pratique de l’ordinateur quantique ou du moins la repousse dans un futur très lointain (decades away).

Je cite ici quelques-unes de ces phrases en mettant en italique ce qui me semble le plus significatif :

“Existing proposals for building quantum computers focus on using ion traps, nuclear magnetic resonance (NMR), optical/photonic, and solid-state techniques. These approaches all suffer from quantum noise and scaling problems to impede progress beyond tens of qubits and into the hundreds of qubits.

“Experts suggest that for quantum computers to be useful in solving real-world problems, the devices need to scale up to millions of qubits.

“As of 2021, a universal quantum computer capable of performing operations equivalent to current computers, smartphones, and other smart devices remains decades away.

“Google’s Sycamore represents an important step, since it can detect and fix computational errors. However, Sycamore’s current system generates more errors than it solves.

“Due to the hype surrounding the technology, there is a risk that quantum-computing research may suffer the same fate as AI research die in the 1980s, resulting in the quantum equivalent of the AI winter.

“Given the known limitations of the technology in terms of its need for error correction, uncertain quality of qubits, and the challenges in managing decoherence (to name a few), the first market-ready applications of real quantum computers are likely to be discrete, focused on specific uses or outcomes such as verifying random numbers.”

*     *

Ces phrases incitent pour le moins à la prudence. Mais comme on dit que l’ordinateur quantique sera un milliard de fois plus rapide qu’un supercalculateur d’aujourd’hui et qu’il ouvrira tout un continent de nouvelles possibilités, cela fait rêver et l'on est facilement séduit par des promesses que l'on est incapable d’évaluer. Dans le cas particulier de l’ordinateur quantique on ne peut en outre rien comprendre car comme le disait Feynman « si quelqu’un vous dit qu’il a compris la mécanique quantique, c’est qu’il n’y a rien compris ».

lundi 26 décembre 2022

La guerre de Poutine : histoire intime d'une catastrophe

Le New York Times a publié le 16 décembre des témoignages sur la guerre que la Russie mène en Ukraine. J’ai traduit de mon mieux cet article et comme il me semble pouvoir intéresser mes lecteurs je publie ici cette traduction.

Anna Colin Lebedev a publié une analyse de la situation en Russie : ces deux textes me semblent se compléter utilement.

*     *

Après avoir lu ces témoignages, on peut être tenté de sous-estimer la Russie mais ne serait-ce pas une erreur ? Les derniers paragraphes de l’article du New York Times contiennent un avertissement discret :

Aleksandr avait été recruté en septembre avec trois amis d'enfance proches. Lui et un autre ont subi des commotions cérébrales, le troisième a perdu ses deux jambes et le quatrième a disparu.

Mais lorsqu'il sortira de l'hôpital il s'attend à retourner en Ukraine et il le fera de son plein gré. « C'est comme ça que nous avons été élevés, dit-il. Nous avons grandi dans notre pays en comprenant que peu importe la façon dont il nous traite. Peut-être que c'est mal, peut-être que c'est bien. Il y a peut-être des choses que nous n'aimons pas dans notre gouvernement. Mais lorsqu'une situation comme celle-ci se présente, nous nous levons et nous y allons. »

Voici ma traduction :

*     *

Une enquête du New York Times basée sur des interviews, des écoutes téléphoniques, des documents et des plans de bataille secrets montre comment une « promenade dans le parc » est devenue une catastrophe pour la Russie.

Les soldats russes vont au combat avec peu de nourriture, de munitions et des cartes anciennes de l’Ukraine. Le peu d’information qu’ils ont sur la façon d’utiliser leurs armes est ce qu’ils ont trouvé sur Wikipédia.

Ils utilisent des téléphones mobiles non cryptés, révélant ainsi leur position ainsi que l’incompétence et le désarroi qui règnent dans leurs rangs.

« Notre artillerie est en train de tuer nos propres soldats. Ces cons tirent sur les leurs. Nous sommes juste en train de nous tuer les uns les autres ».

Ils ont été entraîné dans des bases qui sont en très mauvais état à cause de la corruption. Ils disent qu’on leur a imposé des buts et des délais grossièrement irréalistes et se plaignent d’avoir été envoyés dans un abattoir.

Voici l’histoire intime des échecs de la Russie.

*     *

Ils n’avaient pas la moindre chance de s’en tirer

Tâtonnant aveuglément dans des fermes en ruine, les troupes de la 155e brigade d'infanterie navale russe n'avaient pas de cartes, de trousses médicales et de talkies-walkies en état de marche. Quelques semaines plus tôt avant d'être enrôlés en septembre ils étaient ouvriers d'usine ou chauffeurs de camion et regardaient à la télévision d'État l’interminable suite des « victoires » militaires russes. Leur infirmier était un ancien serveur de bar qui n'avait reçu aucune formation médicale.

samedi 24 décembre 2022

Pour (un peu) mieux comprendre la Russie

Anna Colin Lebedev (@colinlebedev) a publié sur Twitter un fil que je reproduis ici avec l’aimable autorisation de son auteur. Il donne sur le fonctionnement de la Russie un éclairage qui surprendra beaucoup de Français et corrige utilement notre biais cognitif.

*     *

La fascination pour les sondages comme indicateurs d’une «opinion publique russe» ne faiblit pas. On le comprend: les observateurs ont besoin d’indicateurs facilement lisibles. Pourtant, on a tout intérêt à se dégager de ces enquêtes d’opinion.

Tout d’abord (et désolée de faire la prof qui radote, mais c’est mon rôle de faire ça) depuis des décennies les sociologues nous enseignent qu’il n’y a pas d’équivalence entre « enquêtes d’opinion » et « opinion publique ». Ceux qui ont fait de la sociologie se le rappellent ne serait-ce que par l’iconique « l’opinion publique n’existe pas » de Bourdieu. Tout le monde n’a pas une opinion sur tout ; toutes les opinions ne se valent pas; la question posée crée une réalité politique plus qu’elle ne la révèle.

On a souvent eu l’occasion d’ajouter que dans un régime autoritaire, l’opinion ne s’exprime pas librement et qu’en contexte de guerre les enquêtes d’opinion n’ont pas non plus de pertinence. Je vais ajouter d’autres arguments à charge appliqués au cas russe.

En regardant les sondages, nous partons de deux présupposés faux parce que calqués sur le fonctionnement de notre régime politique:
1. Qu’il existe un lien entre expression d’une opinion en désaccord avec le pouvoir et protestation ouverte contre le pouvoir ;
2. Que le pouvoir politique ajuste ses décisions en fonction de ce qu’il perçoit de l’opinion publique.

Ces deux idées se basent sur le modèle de nos régimes politiques où existe la sanction des urnes, et où la protestation exerce une pression sur le pouvoir.

En Russie la protestation est décorrélée de l’opinion critique exprimée. Elle émerge au contraire souvent du contraste entre une position loyaliste et un choc subi de la part de l’État. Et surtout, elle est le résultat d’un arbitrage entre plusieurs actions possibles.

Le coût de la protestation est très élevé en Russie. Pour faire face à l’État le citoyen russe évaluera les options qui s’offrent à lui et choisira la moins dangereuse et la plus efficace. Cette option sera très rarement la protestation ouverte dans la rue.

vendredi 2 décembre 2022

Trois penseurs autour de la technique : Ellul, Gille et Simondon

Jacques Ellul, Bertrand Gille et Gilbert Simondon ont tous trois consacré d’importants travaux à la technique, en particulier dans les ouvrages suivants : 
Jacques Ellul, Le Bluff technologique, Hachette, 1988,
Bertrand Gille, Histoire des techniques, Gallimard, coll. La Pléiade, 1978,
Gilbert Simondon, Du mode d’existence des objets techniques, Aubier, 2012.

Comme aucune pensée ne peut entièrement embrasser son objet, chacun de ces penseurs a des lacunes mais celles des uns sont comblées par la pensée des autres : ils offrent à eux trois une panoplie conceptuelle qui peut permettre de comprendre la technique et, à travers elle, l’iconomie.

Jacques Ellul

Ellul est un adversaire de la technique car il en voit surtout les conséquences négatives. Il déplore par exemple que l’industrialisation ait au XIXe siècle fait disparaître la culture paysanne. Il décrit très finement les dégâts que la mécanisation a causés dans la structure anthropologique des sociétés, mais il ne semble pas voir que ce fait a eu des précédents : l’agriculture et l’élevage ont au néolithique détruit la culture des chasseurs-cueilleurs, etc.

L’apport d’Ellul est cependant précieux parce qu’il illustre ce qui se passe à la charnière de deux systèmes techniques, lorsque les conditions matérielles de la vie sont transformées ainsi que le contenu du travail et les relations sociales. Le passage d’un système technique à l’autre fait des dégâts dans l’architecture des institutions et l’équilibre des relations sociales, dans la façon dont chacun se représente soi-même et son destin, etc.

Mais Ellul a malheureusement servi de référence intellectuelle à tous ceux qui estiment que les entreprises, l’industrie, la technique n’ont pas lieu d’être parce que « tout ça détruit l’humain ». Il a eu le succès extraordinaire qu’ont tous ceux qui répondent au besoin, déplorable mais naturel, d’une vengeance de l’individu envers tout ce qui lui semble oppressant car institutionnel.

Ceux qui apportent une critique destructrice du fonctionnement de la société et de ses institutions seront toujours les bienvenus pour une fraction de la population et même sans doute pour une fraction des désirs que chacun peut éprouver lui-même.

Gilbert Simondon

Simondon estime que la technique est une expression de la culture humaine : dans les produits techniques sont incorporés une volonté humaine, une conception humaine de la vie. Il illustre cela par des exemples.

Il dit qu’un produit technique est d’autant plus concret que ses parties se complètent mutuellement et coopèrent dans son fonctionnement. Il cite le moteur de la motocyclette : les ailettes contribuent au refroidissement des cylindres, et en même temps elles contribuent à la solidité du carter auquel elles servent en quelque sorte d’arcs boutants. Les diverses parties d’un objet technique sont en synergie, ce qui lui confère une consistance organique semblable à celle des êtres vivants (que Simondon a elle aussi étudiée).

lundi 28 novembre 2022

Quelle est votre situation ?

Vous vivez hic et nunc : à chaque instant, votre corps occupe un volume. Vous êtes ainsi situé dans l’espace et le temps.

Cette situation détermine votre point de vue sur le monde, le point à partir duquel votre regard aligne la perspective selon laquelle les objets se présentent à votre perception, chacun à sa distance et avec son orientation.

Votre situation et votre action

Votre situation délimite aussi les possibilités offertes à votre action : vous pouvez toucher et saisir ce qui est à la portée de vos mains, vous pouvez parler aux personnes qui ne sont pas loin de vous. Vos mains peuvent saisir les appareils qui étendent la portée de votre action à condition que vous possédiez le savoir-faire nécessaire : des leviers, des outils, un téléphone, un ordinateur, etc. Votre parole peut influencer immédiatement d’autres personnes par des conseils, des indications ou des ordres. Vos écrits auront eux aussi une influence, mais après un délai.

Votre situation n’est pas déterminée seulement par le point que vous occupez dans l’espace et le temps : elle comporte diverses couches qui s’empilent ou s’emboîtent en entourant votre situation physique. Votre situation familiale et votre situation professionnelle reflètent votre insertion dans la société et cette insertion détermine un potentiel offert à votre action, votre « pouvoir ».

La société à laquelle vous participez et dans laquelle vous agissez occupe elle-même une situation particulière dans une histoire dont résultent ses institutions et jusqu’à l’ambiance, civilisée ou barbare, de la vie quotidienne.

Votre situation est la facette selon laquelle le monde de ce qui existe (l’Existant, ce qui « se tient debout à l’extérieur » de votre représentation et de votre volonté, ex-sistens) se présente à vous et s’offre à votre perception, votre pensée et votre action. Cette facette ne comprend qu’une partie de l’Existant mais elle est, comme lui, d’une complexité sans limite car aucun discours ne peut en rendre compte de façon complète. Cependant elle comporte des « poignées » – vos mains, votre savoir-faire, vos outils, votre parole, etc. – qui vous permettent d’agir pour la modifier et, à travers elle, modifier l’Existant lui-même, fût-ce de façon minuscule.

Votre corps vous impose ses besoins : alimentation, activité physique, sexualité, expulsion des excréments, repos, etc. Il répond d’instinct à la situation dont il fait partie par des réactions de plaisir, de désir, de douleur, de peur, qui vous incitent à agir.

jeudi 27 octobre 2022

Le Virtuel et l’Existant

Ni les mondes virtuels que l’on découvre sur l’écran de l’ordinateur, ni notre rapport avec eux ne sont radicalement nouveaux : les mondes qu’offre depuis longtemps la littérature (au sens large qui inclut les contes, le théâtre et le cinéma) sont, eux aussi, « virtuels ». J’en ai fait l’expérience.

*     *

C’est ma mère qui m’a appris à lire. Je pleurais : « il y a trop de lettres, je n’y arriverai jamais ! », mais finalement j’ai su lire lettre à lettre. Ma mère m’a alors donné un livre qui contenait des dessins et de petites histoires, il m’a exercé à lire les syllabes et les mots. Puis elle m’a donné Les malheurs de Sophie.

Merveille ! Cette lecture, enrichie par mon imagination, y a fait apparaître un monde de personnages et de situations. Chacun des livres de notre bibliothèque m’a alors semblé contenir un trésor qui n’attendait que ma lecture pour se révéler.

Ma mère lisait beaucoup. De Proust, de Colette et de quelques autres, elle disait « comme c’est bien écrit ! ». Cela m’a rendu attentif à la qualité de l’écriture. Mes lectures ont comporté deux niveaux : celui des personnages et des situations ; celui du style et de la construction du texte, dont je m’efforçais de percer les secrets.

Cette préoccupation avait quelques inconvénients. M’intéressant exclusivement à ce qu’exprime la langue française, je refusais les langues étrangères et les maths : j’étais « nul ». Les professeurs, exaspérés, se demandaient comment un élève « bon en français », et même disaient-ils parfois « cultivé » (car j’avais lu plus que la plupart de mes camarades), pouvait être un aussi parfait idiot.

Les mondes que la lecture faisait naître dans mon imagination me paraissaient plus colorés, plus intéressants que le monde dans lequel ma vie se déroulait et qui me semblait fade, triste et laid. Il faut dire que jusque vers 1955 la France n’a pas offert aux jeunes un spectacle réjouissant avec les pénuries, les guerres coloniales, le lointain mirage virtuel américain...

La lecture avait aiguisé mon sens esthétique. Lorsque celui-ci découvrit l’élégance que peut avoir une démonstration, je devins « bon en maths » ; un séjour en Allemagne me permit de devenir aussi « bon en allemand ». Mes professeurs furent ébahis par cette métamorphose, mais je restais prisonnier des mondes virtuels qu’offrait la littérature. Un événement me libéra de ma prison.

lundi 10 octobre 2022

Hugues Chevalier

Nous avons appris le 3 octobre 2022 le décès d’Hugues Chevalier, survenu le vendredi 30 septembre. Hugues était un des membres et un pilier de l'Institut de l’iconomie.

Professeur-chercheur en histoire de l’économie, Hugues a fondé des sociétés de conseil auprès de grandes entreprises dans le développement stratégique, la gestion du transfert de technologie et l’intelligence économique. Il a aussi piloté le déploiement de start-ups ainsi que leurs levées de capitaux. Sa pratique du conseil reposait sur une synthèse projective des composants de la stratégie d’entreprise.

Il est l’auteur de Les moutons noirs du management, EMS 2013, et de À la recherche du patron moderne, L’Harmattan 2015.

Il a animé des groupes de travail et apporté d’importantes contributions à des ouvrages collectifs publiés par l’Institut de l’iconomie :
- Élucider l’intelligence artificielle, mai 2018 ;
- Quatre champs de bataille iconomiques, avril 2021 ;
- Informatisation et entreprises : les deux absents de la présidentielle, janvier 2022 ;
- Tectonique de la banque et de la finance, janvier 2022.

Hugues a fait profiter notre institut de son expertise, éclairée par un bon sens ferme et une riche expérience. C’était un excellent camarade, toujours constructif, positif et travailleur assidu.

Malade depuis quelques mois, il avait été hospitalisé pour subir diverses opérations. Il a voulu être présent lors de notre télé-réunion du 21 septembre, il nous est apparu émacié et visiblement très fatigué.

vendredi 7 octobre 2022

L’informatique et l’intellect humain

L’informatique, qui est une science, est aussi une ingénierie qui consiste à construire et programmer des automates : elle est faite pour réaliser tout ce qui est programmable, c’est-à-dire tout ce qui est prévisible.

Les données qui sont fournies à un programme par des capteurs ou saisies par des êtres humains sont des images sélectives du monde réel, produites selon une grille conceptuelle dont le programme contient la définition. Certes, elles ne sont pas prévisibles, et donc le résultat du programme est imprévisible. Mais le traitement auquel les données sont soumises (et qui conduit au résultat) est, lui, parfaitement prévisible – puisqu’il a été programmé !

L’espace logique dans lequel agit l’informatique – grille conceptuelle, traitements programmés – a donc des limites : il ne peut pas rendre compte de la complexité illimitée du monde réel, ni du caractère essentiellement imprévisible du futur. Ces limites sont en fait les mêmes que celles de la pensée rationnelle, faite de concepts et de raisonnements.

Mais l’intellect humain ne se réduit pas à la pensée rationnelle : il possède une pensée pré-conceptuelle, faite d’intuition et d’anticipation, capable de bâtir les concepts qui, rendant compte d’une situation historique concrète, permettront d’y agir de façon judicieuse. Une autre forme d’intuition lui permet en outre de surmonter les différences qui existent entre des langages et des points de vue afin de comprendre ce qu’a voulu dire une autre personne.

Ainsi l’informatique qui est parfaite, complète et efficace dans un monde qui serait rempli d’automates, rencontre un tout autre monde lorsqu’elle est confrontée à l’intellect humain tel qu’il se manifeste dans les comportements et les actions des individus et, en particulier, dans l’action productive et collective qui est celle d’une entreprise.

La rencontre de l’informatique avec l’entreprise donne naissance à un être hybride et complexe, le système d’information, qui assure l’insertion de la ressource informatique dans l’action productive. Il ne faut pas s’étonner si nombre d’informaticiens, séduits par la clarté logique de leur discipline et trouvant dans sa complexité de quoi satisfaire leur intellect, ignorent les systèmes d’information ou les jugent répugnants lorsqu’ils leur sont confrontés.

La science économique, la monnaie et les crypto-monnaies

La science économique a longtemps ignoré la monnaie. Le modèle néoclassique qui lui servait de référence se focalise en effet sur la relation entre la « fonction de production » des entreprises et la « fonction d'utilité » des consommateurs : l'« optimum de Pareto » est atteint lorsque les prix relatifs sont tels qu'il serait impossible d'accroître le bien-être d'un consommateur sans diminuer celui d'un autre.

Certes le fait est que chacun accepte, comme paiement de ce qu'il vend, des billets de banque ou un virement sur son compte, mais comment comprendre la « confiance » qu’évoquent les économistes1 ? Dans leur raisonnement elle tombe du ciel et elle explique tout. Comment peut-on, d’ailleurs, croire que la monnaie est « transparente », comme ils le disent parfois, alors qu’une crise monétaire peut mettre l’économie à l’arrêt ?

Ne faut-il pas tirer cette question au clair avant de se lancer dans les monnaies non seulement électroniques mais cryptées et inscrites dans une blockchain, fussent-elles « de banque centrale » ? Quels sont les critères selon lesquels on pourra évaluer leur qualité, leur solidité et, finalement, la confiance que l’on peut ou doit leur accorder ?

La réponse à cette question, trop souvent ignorée, se trouve dans un article de John Hicks2. Il a suggéré d'associer à chaque individu non pas une, mais deux fonctions d'utilité : l'une concerne sa consommation, c'est la seule que le modèle économique de référence considère ; l'autre concerne le patrimoine que forment les actifs qu'il possède : biens meubles et immeubles, équipements ménagers, actifs financiers, enfin monnaie.

Hicks classe ces actifs selon qu'ils sont plus ou moins « liquides », c'est-à-dire plus ou moins immédiatement échangeables sur le marché. Les actifs parfaitement liquides sont de la « monnaie », les mots « monnaie » et « liquidité » étant pratiquement synonymes. Les autres actifs sont d'autant moins liquides que leur échange nécessite une négociation et un délai plus longs (que l'on pense aux démarches que nécessite la vente d'un appartement), mais ils ont l'avantage de « rapporter quelque chose » alors que la monnaie « ne rapporte rien ».

Dans un bilan le classement des actifs selon leur rendement est de sens contraire au classement selon leur liquidité : un actif rapporte d'autant moins qu'il est plus liquide. La monnaie ne rapporte rien et même son pouvoir d’échange se dégrade au cours du temps en raison de l’inflation.

Pourquoi donc les agents souhaitent-ils détenir de la monnaie, actif qui ne leur rapporte rien, au lieu de faire des « placements » qui, eux, peuvent rapporter des loyers, des dividendes, des intérêts, des plus-values ?

L'explication se trouve dans l'incertitude du futur. Il est évident pour chacun que le futur est essentiellement incertain, mais la science économique a longtemps ignoré ce fait, ajoutant simplement dans ses calculs un indice t à des données futures supposées connues. John Maynard Keynes a été le premier à considérer les effets de l’incertitude des anticipations, pour le grand scandale des autres économistes.

L'individu, l'entreprise et leurs drames

(Exposé à l’EHESS, Marseille, 5 octobre 2022)

Parmi les personnes on distingue les « personnes physiques », qui sont des humains comme vous et moi, et les « personnes morales », qui sont des entreprises ou, de façon plus générale, des institutions.

Je dirai ci-dessous, comme le fait le langage courant, « entreprise » (au sens large qui désigne toutes les institutions) pour parler des personnes morales, et « individu » pour parler des personnes physiques, sans pour autant nier l’individualité des personnes morales.

Une société humaine fait naître une entreprise lorsqu’un travail jugé nécessaire ou utile excède les capacités d’un individu mais se trouve à la portée d’une action collective. Accomplir ce travail (produire des automobiles, instruire les jeunes, exploiter un réseau de télécoms, etc.), c’est la mission d’une entreprise et pour qu’elle puisse être accomplie il lui faut organiser l’action collective.

Les entreprises et les individus ont un destin qui les conduit de la naissance à la mort, ils ont des valeurs1 que leur action inscrit dans la situation historique : la mission générale de l’entreprise est ainsi, quoique l’on puisse dire d’autre, de « produire efficacement des choses utiles » afin de contribuer au bien-être d’une population.

Les valeurs ne sont pas nécessairement conformes à la réalité d’un destin individuel ou collectif : certaines sont donc perverses. Les prédateurs2, qui s’emparent de la richesse par la force, nient de partager une humanité commune avec les autres individus (négation qui est à la source du Mal) ; se donner pour mission « produire de l’argent » pervertit l’action de l’entreprise car l’argent n’est pas un produit, etc.

Chaque entreprise a une individualité, une « personnalité » : l’INSEE, France Télécom, Air France, le Pôle emploi ont chacun une « culture », une « ambiance » qui expriment leurs valeurs.

I – Les « drames »

1 - Drame de l’entreprise

L’organisation est nécessaire à la réalisation de la mission de l’entreprise, mais une fois installée son formalisme pèse d’un tel poids sur les individus qu’il se substitue souvent en eux à la conscience de la mission, à laquelle il oppose alors des valeurs parasitaires : quand par exemple « faire carrière » est devenu le but principal des individus, la mission de l’entreprise est entravée par une foule de trahisons quotidiennes.

vendredi 2 septembre 2022

Voyage dans l’espace de Riemann

Connaissez-vous l’espace de Riemann1 ?

Sa définition est simple : c’est un espace dans lequel la mesure de la distance (ou « métrique ») varie selon le point que l’on considère.

Regardons par exemple une carte géographique. C’est la projection plane d’une surface approximativement sphérique et bosselée (puisque notre Terre possède des montagnes et des vallées), réduite à l’échelle puis enrichie de lignes de niveau, noms des lieux et autres indications.

À chacun des points de la surface de la Terre sont associées une longitude et une latitude : c’est donc un espace à deux dimensions. La distance à vol d’oiseau entre deux points est celle qui apparaît sur la carte, une fois celle-ci reportée à l’échelle et sous l’approximation que comporte la projection plane d’une sphère.

Mais on peut aussi vouloir mesurer comme des arpenteurs la distance « au ras du sol » qui suivra les accidents du terrain entre les deux points : elle sera plus élevée que la distance à vol d’oiseau car le terrain comporte des dénivellations, et d’autant plus élevée que leurs pentes seront plus fortes.

La mesure de cette distance au ras du sol dépend donc autour de chaque point de la pente du terrain. Elle dépend aussi de l’orientation du trajet : l’écart avec la distance à vol d’oiseau est nulle le long des lignes de niveau, elle est maximale dans le sens de la pente.

La surface de la Terre est ainsi un espace de Riemann. Il en est de même de toutes les surfaces à deux dimensions qui, n’étant pas exactement planes, ne sont pas des « espaces euclidiens » : la sphère par exemple ainsi que la « selle de cheval », morceau d’un « paraboloïde hyperbolique ».

Sur de telles surfaces le chemin le plus court entre deux points ne suit pas une ligne droite mais une courbe nommée « géodésique » : sur la sphère, les géodésiques sont des arcs de grand cercle et deux géodésiques localement parallèles se coupent en deux points. Sur la surface d’une sphère la somme des angles d’un triangle est supérieure à deux droits, elle leur est inférieure sur une « selle de cheval ».

Il faut donc dans un espace de Riemann se résoudre à abandonner les axiomes de la géométrie euclidienne ainsi que les résultats qui s’en déduisent. Or l’enseignement primaire et secondaire est totalement « euclidien » : notre première formation aux mathématiques nous ainsi a donné des habitudes dont il sera ensuite difficile de se défaire.

Nous pouvons certes admettre qu’une surface soit bosselée, que la plus courte distance ne s’y mesure pas le long d’une droite, etc. Mais qu’en est-il de l’espace à trois dimensions dans lequel nous vivons : est-il possible de le considérer comme un espace de Riemann ?

jeudi 18 août 2022

La clé de la situation présente

Je viens de publier un livre intitulé L’iconomie, clé de la situation actuelle. Cette publication fait suite à une conversation que j’ai eue voici quelques jours avec Christophe Dubois-Damien.

« C’est tout de même extraordinaire », lui ai-je dit. « Nous avons entre nos mains, à l’Institut de l’iconomie, la clé de la situation présente : une explication de la crise de transition que connaissent notre économie et notre société, offrant le repère qui peut permettre de s’orienter pour en sortir comme l’on sort d’une forêt en s’orientant sur le pic d’une montagne.

« Notre modèle de l’iconomie fournit ce repère. Comme tout modèle il est schématique et ignore des pans entiers de la réalité, pourtant il est éclairant car il se focalise sur ce que notre situation historique a d’essentiel et de particulier. Mettant en évidence les conditions nécessaires de l’efficacité dans une économie et une société informatisées, il permet de poser un diagnostic sur des entreprises, des institutions, dont les errements sont manifestes, et aussi de formuler le diagnostic qui leur permettra d’en sortir.

« Encore une fois, il n’a pas réponse à tout, aucun modèle ne le pourrait, mais la clarté qu’il projette sur notre situation est utile.

« Je connais des dirigeants n’ont pas eu besoin d’un modèle, d’une théorie, pour comprendre cette situation : ils possèdent l’intuition exacte qui conduit droit à la décision judicieuse. Ils sont ce que furent dans le métier des armes le grand Condé, Turenne, Bonaparte, Leclerc et quelques autres peu nombreux. J’estime que ces personnes admirables représentent au plus 10 % de nos dirigeants.

« L’intuition exacte d’une situation n’est cependant pas nécessairement le fait d’un génie personnel : elle peut s’acquérir grâce à l’expérience, la réflexion, la curiosité, les lectures et les conversations. Publier nos travaux peut donc accroître le nombre des dirigeants qui la possèdent.

« Il est vrai que les dirigeants n’ont souvent ni le temps de s’instruire, ni parfois le goût. Nous serions en outre naïfs si nous pensions que la lecture de nos travaux, s’ils les lisent, va leur procurer comme par un coup de baguette magique l’intuition exacte de la situation.

« Par contre nous pouvons toucher les experts qui les conseillent et forment leur état-major. En 1835 la femme de Clausewitz a publié De la guerre, ouvrage posthume qui apportait une conception nouvelle de la stratégie. Ce livre n’a pas été lu par les généraux qui commandaient l’armée prussienne mais par des capitaines qui, quelques dizaines d’années après, sont devenus des généraux, et alors l’œuvre de Clausewitz a exercé une grande influence.

« Il en sera sans doute de même de nos travaux sur l’iconomie. Ils attireront, souhaitons-le, l’attention des « capitaines » d’aujourd’hui qui, voulant faire l’effort de comprendre notre situation et d’y trouver un repère pour s’orienter, cherchent de quoi alimenter leur réflexion.

« Il se trouve cependant que la façon dont la théorie économique est présentée les engage dans une voie sans issue car l’informatisation a transformé les conditions pratiques et l’organisation de l’action productive ainsi que le régime des marchés. Des préceptes comme « concurrence parfaite », « prix égal au coût marginal », « libre échange » et « création de valeur pour l’actionnaire » sont fallacieux si on les prend au pied de la lettre comme le font des personnes influencées par la doctrine néo-libérale.

« Nous avons reformulé la théorie économique de façon à rendre compte de la situation présente, et ce faisant nous avons été plus fidèles à sa démarche que ceux qui s’efforcent de perfectionner le modèle de l’équilibre général pour comprendre le mécanisme de la « création de valeur pour l’actionnaire ».

« Nous avons tiré les conséquences sociologiques, psychologiques, stratégiques que cette situation fait émerger, et mis en évidence l’étendue des possibilités qu’elle présente ainsi que celle des dangers qu’elle comporte.

« Nous avons publié des livres et des articles, mais nous n’avons sans doute pas été assez habiles pour "communiquer", comme on dit, et pour convaincre. Il est vrai que nous avons contre nous des forces puissantes : celles de l’habitude et du conformisme, celles aussi des préjugés sociologiques de ceux qui, voyant dans l’informatique une technique, se font gloire de la mépriser et de l’ignorer. »

*     *

Nous invitons donc les « capitaines » qui forment l’état-major des dirigeants de l’économie et de la politique à se procurer L’iconomie, clé de la situation actuelle : ils n’ont rien à y perdre et ils ont tout à y gagner.

Nous serions heureux de recevoir des critiques, commentaires et suggestions.

samedi 13 août 2022

Dan McCrum, Money Men, Penguin Random House, 2022

Dan McCrum a consacré à sa lutte contre Wirecard un livre touffu et un peu difficile à lire. Il s’en dégage cependant une histoire : je vais tenter d’en expliquer le mécanisme, du moins ce que j’en ai compris, puis d’en tirer quelques leçons.

*     *

Wirecard était une entreprise allemande qui offrait des services sécurisés de paiement en ligne, ce qui implique de savoir traiter les données que l’on échange avec les clients, les banques, les systèmes de cartes de crédit ou de paiement, enfin avec les commerçants qui offrent leurs produits sur l’Internet.

Wirecard a commencé, de façon modeste, par outiller la pornographie payante. Le développement envahissant de la pornographie gratuite a mis un terme à ce commerce, donc à cette activité de Wirecard.

Elle s’est alors repliée sur le jeu en ligne (casinos, poker, etc.) mais le développement explosif de celui-ci, sa commodité pour blanchir les revenus des activités criminelles et les effets dévastateurs de l’addiction au jeu ont conduit les États à le réguler et le limiter : le flux de cette deuxième activité a donc lui aussi tari.

L’expérience acquise dans le paiement en ligne a cependant permis à Wirecard de proposer ses services à des activités commerciales moins controversées, se campant ainsi en rivale européenne de PayPal.

Mais le ver était sans doute dans le fruit : les premières activités de Wirecard l’ayant fait flirter avec les milieux de la délinquance, elle n’était pas immunisée contre les tentations.

L’une d’entre elles était de « créer de la valeur pour l’actionnaire » en faisant croître démesurément le cours de l’action et, pour cela, en faisant croître la taille de l’entreprise. Wirecard a donc étendu son activité en achetant des entreprises de paiement en ligne partout dans le monde et notamment en Asie, elle a aussi utilisé quelques astuces sur lesquelles nous reviendrons.

Le chiffre d’affaires a crû fortement, le profit aussi ainsi que le cours de l’action. Wirecard est devenue une grande réussite allemande dans la high tech, comparable à SAP. L’opinion, les analystes financiers, les journalistes, les régulateurs, les commissaires aux comptes, tous étaient admiratifs. Wirecard était la chérie de la bourse : consécration, elle est entrée dans le DAX, l’équivalent allemand du CAC 40.

Sa capitalisation boursière a atteint 24 milliards d'euros, le double de celle de la Deutsche Bank : Wirecard a envisagé d’acheter cette dernière, ce qui l’aurait placée parmi les institutions emblématiques de l’Allemagne.

*     *

Certains doutaient cependant de la réalité de cette réussite. Des lanceurs d’alerte émettaient des signaux inquiétants. Les comptes étaient-ils fidèles ? Ernst & Young, le commissaire aux comptes, avait-il convenablement vérifié tout ce que Wirecard lui annonçait ? L’activité des entreprises que Wirecard avait achetées était-elle réelle et, avec elle, le chiffre d’affaires et le profit annoncés ?

Ces signaux ont attiré en 2014 l’attention de Dan McCrum, journaliste au Financial Times. Pour tirer l’affaire au clair il a rassemblé des témoignages, épluché des documents, réuni une équipe, et il est allé sur place pour constater l’activité des entreprises que Wirecard avait achetées ainsi que celle de leurs clients.

jeudi 4 août 2022

Notre Russie

Le film qu'Alexeï Navalny a consacré au palais de Poutine décrit l’autocrate, chef d’une bande de prédateurs, entouré d’une cour servile d’anciens du KGB, qui a ces temps derniers plongé la Russie dans une crise et dévasté tout ce qu’il a pu atteindre de l’Ukraine.

La Russie ne se réduit pas aux crimes de ce psychopathe ni aux mensonges dont sa propagande abreuve une population crédule.

La Russie est une très grande nation, héritière d’une histoire longue et riche en enseignements (dont certains douloureux). Comme toute grande nation elle existe ainsi sur deux plans : celui de sa réalité présente, instantanée et en quelque sorte photographique ; et celui, dynamique, de sa respiration et de son rayonnement historique.

Nous avons donc le droit, nous autres Français, de parler de notre Russie qui a eu tant d’influence sur notre identité et enrichi notre conception du monde. Que serions-nous si elle ne nous avait pas donné sa musique, ses livres, et avec eux le grain de folie qui, compensant les limites de notre rationalité, se marie si bien avec elle ?

Notre culture, nos valeurs ne seraient pas les mêmes si nous n’avions pas eu de contact avec la Russie. Natacha Rostova, Pavel Ivanovitch Tchitchikov, Pougatchev, le chat Berlioz, sont aussi vivants dans notre imaginaire que Tartufe, la duchesse de Guermantes et Fabrice del Dongo. Nos scientifiques se sont nourris des travaux de Lev Landau et Andreï Kolmogorov.

Cette Russie nous fait rêver. Oui, notre Russie est un rêve et la France, leur France, fait sans doute aussi rêver des Russes…

Quand on se rend sur place on découvre cependant non une réalité contraire au rêve, mais la réalité d’un rêve. La cathédrale Saint-Basile-le-Bienheureux, les églises du Kremlin avec leurs bulbes dorés, ne sont-elles pas un rêve réalisé ? Ne s’imposent-elles pas à une attention qui refuse de voir les parallélépipèdes de l’architecture soviétique ?

Visitant ces églises en 1978 j’ai prié l’interprète de commenter les fresques d’Andreï Roublev. Cela lui a pris du temps et a rendu furieux un de mes compagnons de voyage. Il m’a réprimandé : il aurait sans doute préféré parler de moissonneuses-batteuses, d’usines sidérurgiques, de grands chantiers et autres réalisations du régime soviétique.

Un monde en désarroi

Plusieurs facteurs contribuent à une pandémie de désarroi. L'intensité des changements apportés par l'informatisation déroute, l'imaginaire a altéré la perception du réel, un sentiment d'absurdité et d'injustice incite à la révolte et à la destruction.

Certaines personnes souffrent de ce désarroi, d'autres se laissent aller à un individualisme capricieux. Il faut oser s'affranchir du conformisme à la mode pour observer et penser la situation présente.

Pour se libérer de ce désarroi, il faut tirer ses ressorts au clair.

Un monde déroutant

Chacune des révolutions industrielles a été suivie par un épisode de désarroi : l'émergence de nouvelles formes de l'action productive déconcertait les habitudes et déstabilisait les institutions.

Que l'on pense à ce qui s'est passé au début du XIXe siècle : une population principalement rurale a migré vers les villes pour travailler dans des usines où elle a formé la classe ouvrière ; s'étant enrichie, la bourgeoisie industrielle et financière est devenue une nouvelle aristocratie ; les nations, qui avaient jusqu'alors rivalisé pour le contrôle d'un territoire, se sont combattues pour assurer leur approvisionnement en matières premières et le débouché de leur production.

La stabilité apparente du monde ayant été ébranlée, il a été difficile pour chacun de trouver ses repères alors que le contenu du travail, son organisation, la répartition des pouvoirs et des légitimités ont changé sans que toutes les conséquences de ce changement soit tirées, ce qui crée des situations absurdes. Certaines questions fondamentales deviennent alors autant d'énigmes pour les individus : « quel est le sens de mon travail ? », « quelle est ma place dans la société ? », « qui suis-je ? », etc.

Il en est de même aujourd'hui avec la révolution industrielle que provoque l'informatisation. C'est un des facteurs explicatifs du désarroi dont on a tant de témoignages. Ce n'est sans doute pas le seul facteur, car il ne pourrait pas s'exprimer si d'autres facteurs ne jouaient pas, mais c'est peut-être le facteur le plus important.

Un monde imaginaire

La puissance que l'informatique confère à l'intellect peut être dévoyée.

mardi 29 mars 2022

De l’analyse des données à l’intelligence artificielle

J’ai inauguré le cours d’analyse des données à l’ENSAE de 1972 à 1982. Il a pris forme petit à petit et sa version la plus achevée est Analyse des données, 4ème édition, Economica, 1997.

Contrairement à l’apprentissage profond de l’intelligence artificielle, qui peut donner de bons résultats mais sans que l’on puisse savoir comment et pourquoi, l’analyse des données est logiquement transparente car elle utilise des opérations mathématiques bien définies et donc parfaitement claires.

Les données qu’il s’agit d’analyser donnent naissance, selon une formule judicieusement choisie, à un nuage de points munis d’une masse et plongés dans un espace métrique (ou plutôt à deux nuages, liés par une relation de dualité). Un algorithme récursif permet de trouver les « axes factoriels » le long desquels le nuage de points est le plus étiré. En projetant le nuage sur un couple d’axes, on obtient une visualisation et elle sera encore plus éclairante si l’on projette aussi le nuage dual.

Tout tableau de nombres est opaque : personne ne sait vraiment lire un tableau ayant plus d’une dizaine de lignes et de colonnes. L’image qu’en donne une analyse factorielle permet, moyennant une perte d’information aussi faible que possible, de voir ce qu’il contient : cette analyse est analogue à la radiographie qui surmonte l’opacité du corps humain et permet de voir ses organes.

Le calcul répétitif nécessaire pour trouver les axes factoriels était théoriquement possible avant que l’on dispose d’un ordinateur, mais épouvantablement fastidieux et donc en pratique impossible. Avec l’informatique, le processeur exécutera très rapidement les calculs que nécessite l’algorithme : c’est l’informatisation qui a permis de développer l’utilisation de l’analyse des données à partir des années 1960.

samedi 26 mars 2022

Les fondamentaux de la société informatisée

Pour comprendre le phénomène de l’informatisation (que l’on préfère souvent désigner par le mot « numérique ») l’Institut de l’iconomie a bâti le modèle d’une économie informatisée par hypothèse efficace1 : l’iconomie.

Nous condensons ici ses principaux résultats, puis en tirons quelques leçons.

*     *

L’informatique met sa puissance de calcul au service des actions prévisibles, qui seules peuvent être programmées. L’informatisation d’une institution automatise une part des actions prévisibles : celles qui sont répétitives.

En outre l’Internet permet la communication en s’affranchissant de la distance géographique : l’iconomie est donc ubiquitaire..

L'automatisation et l'ubiquité ont modelé la nature que rencontrent les intentions et les actions humaines. Le travail humain se consacre en effet alors aux tâches non répétitives qui demandent du jugement et de l’initiative. Il en résulte dans les institutions une décentralisation des responsabilités et de la légitimité : l’organisation hiérarchique, qui concentre la légitimité au sommet de l’institution, est obsolète.

La symbiose du cerveau humain et de l’ordinateur a fait naître un individu, le cerveau-d’œuvre, qui supplante la main-d’œuvre dans l’emploi et dont une grande part du temps de travail est consacrée à l’acquisition d’une compétence technique ou relationnelle. Pour procurer sa cohérence à l’action productive, l’organisation d’une institution doit assurer la synergie des cerveaux d’œuvre.

samedi 5 mars 2022

Les métavers et la dynamique de l’informatisation

Le métavers apparaît comme une nouveauté radicale, susceptible de faire émerger un monde de possibilités étranges et de dangers inédits. L’idée en avait été éveillée par des romans et des films évocateurs : Brazil (1985) de Terry Gilliam a décrit un monde soumis à un pouvoir policier manipulateur qui, comme celui du 1984 d’Orwell, écrase les esprits par la force de sa propagande ; les héros du Ready Player One (2018) de Steven Spielberg, qui vivent dans un monde réel désagréable, se réfugient dans un oasis virtuel. Les annonces de Mark Zuckerberg et la transformation de Facebook en Meta semblent annoncer la réalisation de cet oasis, et apporter ainsi le risque d’une évasion généralisée dans l’imaginaire.

Quelle est la place de cet imaginaire dans notre esprit ? Le cerveau humain filtre et classe ce qu’il perçoit à travers une grille sélective, formée par l’éducation et par l’expérience et qui impose sa structure à la représentation mentale de tout ce qui existe « réellement et de fait1 ». Les contes, romans et spectacles présentent à ce même cerveau un monde imaginaire dont l’expérience, se combinant à celle du réel, la modifie, l’enrichit, la déforme aussi et peut même chez certains la supplanter : l’évidence sensorielle du métavers apportera à ce phénomène une puissance inédite.

Le monde virtuel en 3D auquel on accède en portant des « lunettes » semble sensationnel la première fois mais il faut relativiser sa nouveauté. Il est depuis longtemps possible de représenter le monde en 3D sur l’écran 2D de l’ordinateur : on peut alors à l’aide de la souris faire pivoter les objets en tout sens et, de façon paradoxale, on les « voit » mieux ainsi que dans l’espace réel où il ne serait pas possible de les manier de la sorte. L’Internet des objets, qui associe à chaque objet matériel une identité et une représentation informatiques, contribue lui aussi à la fusion du virtuel et du réel.

Ce que le monde virtuel du métavers apporte de nouveau, c’est l’immersion dans une représentation visuelle, comme si l’on avait plongé à travers l’écran. Les sensations sont naturellement alors beaucoup plus fortes, en outre il sera possible pour chacun de s’incarner avec un avatar dans ce spectacle, d’y agir, d’y produire et échanger des objets virtuels ou des objets réels qu’ils représentent.

Outre les dimensions physique et psychique d’un changement de la perception du monde, le métavers a donc une dimension financière : cela ne doit pas surprendre car c’est le cas de tout ce que l’informatisation a apporté. A chacune des étapes de son évolution sont apparus des modèles d’affaires qui utilisaient des instruments nouveaux : que l’on pense à l’automatisation des opérations répétitives, à la rentabilisation de services gratuits par la publicité, au commerce en ligne, à la gestion électronique des comptes, à celle de la compensation interbancaire, à la monnaie virtuelle, etc.

Le métavers fera naître lui aussi de nouveaux modèles d’affaire et donc de nouveaux acteurs, de nouveaux produits, de nouveaux instruments financiers. La blockchain et les jetons ou « tokens » (en particulier les NFT, « non fungibles tokens2 ») lui procureront la sécurité, au moins en principe, et feront émerger une « économie décentralisée » qui promet de nouvelles formes de richesse et d’efficacité3.

Comme beaucoup de ceux qu’a fait émerger l’informatique le métavers est donc un être hybride qui conjugue une dimension physique à une dimension financière et fait converger plusieurs innovations techniques. Son apparition est un des épisodes de la dynamique de l’informatisation qui impulse, depuis les années 1970, l’histoire des sociétés et des économies.

lundi 14 février 2022

L'iconomie : un modèle de l'économie numérique

(Publié par Pierre-Olivier Beffy, Jean-Marc Béguin, Pierre-Jean Benghozi, Laurent Bloch, Hugues Chevalier, Vincent Lorphelin et Michel Volle dans la Revue d'économie industrielle n°165.)

Le mot « informatique » allie l'« automate » à l'« information », cette dernière procurant à qui sait l'interpréter la forme intérieure qui lui permet d'agir1. Le mot « informatisation » désigne la dynamique du déploiement de l'informatique et de ses conséquences dans une entreprise, une institution ou un pays. À ces deux mots, l'usage a substitué « numérique » au risque d'un appauvrissement que nous éviterons en lui donnant pour contenu celui des mots qu'il a supplantés.

Le numérique fait l'objet de jugements opposés. Nicholas Carr estime qu'il n'a aucune importance (Carr, 2003) car comme les entreprises en tirent toutes également parti il n'aurait aucune incidence sur leur compétitivité. Robert Gordon, héritier du paradoxe de Solow2, pense qu'il ne procurera jamais un gain de productivité comparable à celui qu'ont apporté la mécanisation et la maîtrise de l'énergie (Gordon, 2012).

D'autres auteurs ne partagent pas ce pessimisme. Au MIT, Erik Brynjolfsson soutient que le numérique transforme en profondeur l'économie et dit que si ses effets sur la productivité semblent faibles, c'est en partie parce que les instruments de mesure sont devenus inadéquats, en partie parce que l'économie est en transition et que les institutions ne se sont pas encore adaptées au numérique (Brynjolfsson et McAfee, 2011).

En France, des chercheurs encouragés par le CIGREF3 ont produit une série d'études sur les effets du numérique dans les entreprises (Bounfour, 2016) et l'école de l'économie de la régulation voit dans le numérique un facteur déterminant de l'évolution des institutions (Boyer, 2018).

Les techniques du numérique (langages de programmation, algorithmes, systèmes d'exploitation, systèmes d'information, sécurité informatique, etc.‪) font l'objet d'une abondante littérature destinée à des spécialistes. La plume des essayistes a été tentée par certaines d'entre elles, notamment par l'« intelligence artificielle » qui attise dans le public des espoirs et des craintes également extrêmes.

Nous avons nommé iconomie (du grec eikon, image, et nomos, organisation) le modèle d'une économie numérique par hypothèse efficace (Saint Étienne, 2013 ; Volle, 2014 ; Rochet et Volle, 2015). Ce modèle n'est ni une représentation de l'économie présente ni une prévision de l'économie future : c'est un repère placé à l'horizon du temps. Comme tout modèle, il est schématique et ce schéma est fait pour orienter les intentions vers l'action judicieuse.

dimanche 13 février 2022

Réalité du virtuel

Les mondes virtuels existent depuis très longtemps, utilisant diverses techniques. Le conteur captive et fascine son auditoire, le théâtre ou le cinéma aident le spectateur à s’évader un temps de sa vie quotidienne, la littérature propose au lecteur de partager la vie de ses personnages : n’avons-nous pas fait depuis longtemps l’expérience de tous ces mondes virtuels ?

Le métavers nous propose, moyennant des lunettes spéciales, l’immersion visuelle et sonore dans une simulation 3D qui sera, si les promesses de la technique sont tenues, aussi réaliste en apparence que le monde réel lui-même. La distance qui séparait le spectateur du spectacle semblera supprimée : il pourra se déplacer et agir réellement dans un monde simulé.

Il y a là une nouveauté pratique dont il est difficile d’évaluer aujourd’hui toutes les conséquences économiques, psychologiques, sociologiques et culturelles, mais pour s’en faire une idée il est utile de la comparer à nos expériences antérieures.

*     *

Que veut-on dire quand on oppose le réel et le virtuel ?

On pense que le virtuel, c’est ce que l’on voit sur l’écran de l’ordinateur, tandis que le réel, c’est ce qui se trouve dans l’espace physique. Ce que l’on voit sur l’écran de l’ordinateur a pourtant une réalité, sans cela on ne le verrait pas. Mais quelle est cette réalité ? Pour tirer cela au clair il est bon de chercher des analogies, puis de les dépasser.

La photographie d’une personne propose à notre vue une image de cette personne. À cette image le film ou la vidéo ajoutent le mouvement, mais c’est toujours une image. La personne est réelle, ou elle l’a été ; l’image à certes une réalité, mais c’est celle d’une image et elle évoque une autre réalité qu’elle-même, celle de la personne.

Ainsi le virtuel propose à l’ imagination l’image d’un objet réel (ou imaginaire, dont réalité est alors simulée). Pour prendre le phénomène selon toute son extension, il faut voir que sa réalisation informatique n’est qu’un cas particulier, et récent, parmi beaucoup d’autres.