lundi 24 octobre 2016

L'économie est ni plus ni moins hypothétique que les autres sciences

La science économique (economics) ambitionne de rendre compte du fonctionnement de l'économie réelle (economy), monde de la production, des échanges et de la consommation. Ce monde étant complexe, la pensée ne peut le représenter que sous la forme de schémas simples que l'on nomme « modèles ».

Il en est de même, notons-le, pour tous les « mondes » que la pensée explore (celui de la nature physique, celui de la biologie, etc.) : elle est toujours simple en regard de leur complexité. Un schéma peut cependant, comme le fait une caricature, dégager les traits essentiels de l'objet considéré et servir ainsi de tremplin à l'intellect1.

Chaque économie est caractérisée par les ressources disponibles, les capacités du système productif et les besoins des consommateurs (les économistes disent « dotation initiale, fonction de production, fonction d'utilité »). Le modèle d'une économie particulière consiste en hypothèses concernant ces caractéristiques, et en un raisonnement qui en déduit les conséquences.

La science économique est donc essentiellement hypothétique : la qualité des leçons que fournit le raisonnement dépend de la pertinence des hypothèses en regard d'une situation que l'on souhaite interpréter puis comprendre.

Lorsqu'un économiste suppose que l'information des agents économiques (entreprises, consommateurs) est parfaite, il n'affirme pas qu'il en est ainsi dans la réalité : il ne fait qu'explorer, en simulant mentalement son fonctionnement, le monde où cette hypothèse serait vérifiée.

Pour se préparer à construire des modèles pertinents en regard de situations particulières, l'économiste fait des exercices de gymnastique intellectuelle : il explore mentalement des mondes divers, bâtis à partir d'hypothèses elles-mêmes diverses dont il s'exerce à tirer les conséquences, et cela le prépare à concevoir les mécanismes essentiels d'une économie, à interpréter sa situation et, finalement, à voir clairement ce que doivent faire une entreprise, une banque centrale, un gouvernement.

Les grands économistes n'ont pas tous été conscients du caractère hypothétique de leur discipline : beaucoup d'entre eux ont cru à la vérité des hypothèses qu'ils posaient tout comme, nous l'avons vu, les statisticiens ont cru au caractère naturel de leurs nomenclatures. John Hicks (1904-1989), l'un des plus grands économistes, a cru que renoncer à l'hypothèse du rendement d'échelle décroissant de la fonction de production provoquerait un naufrage de la théorie économique, « the wreckage of the greater part of general equilibrium theory2 ».

C'est en lisant les textes des grands économistes, en les accompagnant dans leurs explorations, que l'on découvre la diversité de leurs hypothèses et que l'on se forme à passer de l'une à l'autre.

L'un de ces modèles émerge cependant pour former une référence analogue à celle que la mécanique newtonienne représente en physique : c'est le modèle de l'équilibre général de Walras et Pareto, dont les fondations logiques ont été solidement bâties par Arrow et Debreu3 et dont l'esthétique harmonieuse est semblable à celle d'un temple grec.

La mécanique newtonienne n'est pas réaliste : elle ignore l'adhérence et le frottement, phénomènes complexes sans lesquels il nous serait impossible de marcher ni de faire avancer une voiture. Le modèle de l'équilibre général n'est pas réaliste lui non plus, mais il fournit une référence au raisonnement même lorsque celui-ci s'écarte de ses hypothèses. Keynes a ainsi rompu avec l'hypothèse de l'information parfaite concernant le futur pour considérer les effets de l'incertitude des anticipations4.

Certains économistes, certains pédagogues font cependant comme si le modèle de l'équilibre général représentait l'économie de façon réaliste et suffisante : c'est ainsi que Serge Kolm le présentait dans son cours à l'ENSAE. Ils en déduisent que l'efficacité ne peut être atteinte que si le marché de chaque produit obéit au régime de la concurrence parfaite et que si le prix est égal au coût marginal de production. Les esprits trop dociles qui peuplent les administrations économiques adhèrent encore à ce dogme.

Je suis reconnaissant à Jean Tirole de nous en avoir libérés en explorant les situations de concurrence imparfaite qui résultent de la dissymétrie des informations et de la diversité des incitations5. L'éventail des modèles qu'il a ainsi déployé illustre la nature hypothétique de la science économique.

Mais les autres sciences sont, elles aussi, hypothétiques. Le théorème de Pythagore n'est vrai que si l'on suppose l'espace euclidien, hypothèse raisonnable à l'échelle de la vie quotidienne tandis que c'est l'espace de Riemann qui convient à l'échelle du Cosmos. La proposition « 1 + 1 = 2 », dont la vérité semble incontestable, est elle aussi suspendue à l'hypothèse qui fait abstraction du temps car un couple peut avoir des enfants.

Toute science s'appuie sur des axiomes non démontrables dont elle déduit des propositions que les philosophes nomment « vérités apodictiques », et qui ne sont vérifiées que si les axiomes correspondent à la situation que l'on considère. Il existe un autre type de vérité, la vérité des faits : seul un négationniste peut mettre en doute des affirmations comme « la bataille de Waterloo eu lieu le 18 juin 1815 », ou « la taille de la population de la France métropolitaine en 2016 est de l'ordre de 65 millions ».

Un autre des apports de Tirole est d'oser bâtir ses modèles sur des faits stylisés. Pour comprendre l'importance de cet apport, nous devrons consacrer une parenthèse à la façon dont les économistes utilisent la statistique.
____
1 Daniel Fixari, « Le calcul économique, ou de l'utilisation des modèles irréalistes », Annales des Mines, avril 1977.
2 John Hicks, Value and capital, Oxford University Press, 1939, p. 84.
3 Gérard Debreu, Theory of Value : An Axiomatic Analysis of Economic Equilibrium, Wiley, 1959.
4 John Maynard Keynes, The General Theory of Employment, Interest and Money, 1936.
5 Jean Tirole, The Theory of Industrial Organization, MIT Press, 1988.

Aucun commentaire:

Publier un commentaire